La chaleur des gens du Nord !

Une fois de plus le golf de Saint-Omer nous a reçus avec la chaleur des gens du Nord, appelés les gens de Hauts de France depuis que la région a changé de nom, ils nous ont montré leur grand sens de la fête et de l’humour.
Même si le nom de la compétition avait changé, les tenues colorées étaient toujours de rigueur.
Les parties de 3 le premier jour et en double le deuxième jour nous ont permis de jouer avec les membre de Saint-Omer, de nous mélanger et de faire de belles rencontres.
Bertrand Haustraete, organisateur du tournoi dont le handicap est passé de 6 à 3,9 en un an, nous rendu la vie difficile en plaçant les drapeaux le dernier jour, dans des endroits démoniaques ; même pendant le tournoi du Challenge Tour la semaine prochaine, je doute que ces emplacements soient retenus… Tout cela pour vous dire que seuls les locaux ont brillé mais que nous avons été assez forts (et gâtés) au tirage au sort…l’honneur est sauf !
Le dernier jour, lundi de Pentecôte, escapade au golf de Wimereux que je classerais comme le seul vrai links que nous ayons en France. Ceux d’entre nous qui connaissaient les links anglais ou irlandais y ont retrouvé leurs marques avec joie, ceux qui découvraient, ont été pris de court, désemparés par les lies un peu compliqués sur les fairways naturellement pelés et surtout le vent qui accompagne toujours ce genre de parcours. Tout cela nous a donné l’occasion de « la » jouer stratégique, d’autant plus que nous avions lâché le crayon pour empoigner les épées et croiser le fer en match play qui ont tous été âprement disputés.
Le rendez-vous a été donné, même heure l’année prochaine, Bertrand nous a lancé le défi de faire venir des joueurs de toutes les nationalités, son partenaire étant boulanger et revêtu tout le long du week-end de « stars and stripes », nous avons pris la balle au rebond et, nous nous sommes donné pour mission de lui trouver un homologue venu de l’autre côté de l’Atlantique… Avis ! Il faut qu’il soit également golfeur et que de préférence il parle un peu français, notre ami nous ayant montré, au moment de son discours de clôture, qu’il avait des difficultés avec le langue de Shakespeare.

Nathalie Jeanson

0 Commentaires

Laisser une réponse

Espace membres

Contactez-nous

Merci de nous envoyer un message. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

En cours d’envoi

© 2017 Le Grand Club | Plan du site | Mentions légales | Contact  | Propulsé par Suite Communication

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?